• Les Émirats arabes unis se projettent vers l'avenir

Les Émirats arabes unis se projettent vers l'avenir

Terres de contraste, les Émirats Arabes Unis profitent d'une prospérité remarquable mais doivent également faire face aux défis posés par le développement durable. Ce sont ces deux thèmes que l'État a souhaité explorer lors de l'Exposition universelle de Milan, en invitant les visiteurs à se pencher à la fois sur son passé et son avenir. 

Pour la durée de l'exposition, l'équipe émirienne était présente sur une installation à couper le souffle, fruit de la collaboration entre Foster Partners et les Émirats Arabes Unis. Les visiteurs pénétraient dans un espace encaissé entre deux murs vertigineux de 12 mètres de haut, à la surface ondulée. Inspiré des structures urbaines antiques, l'itinéraire dans le pavillon rappelait les ruelles étroites et les cours intérieures d'une ancienne cité au beau milieu du désert.

Si l'extérieur du bâtiment reflétait l'histoire millénaire des Émirats, l'intérieur était tourné vers l'avenir.

Les visiteurs pouvaient suivre une rampe pour passer de l'entrée à l'auditorium. Au gré de leurs déambulations, ils utilisaient des objets connectés pour donner vie à l'histoire des Émirats. Arrivés à l'auditorium, ils déccouvraient un espace ultra-moderne circulaire situé au cœur du pavillon.

Le spécialiste audiovisuel Sysco Productions a créé un espace ludique en utilisant le meilleur de la technologie pour offrir un spectacle éblouissant. Le public ne s'y est pas trompé : la plupart du temps, une longue file d'attente encerclait le pavillon.

130 personnes étaient ensuite dirigées vers l'auditorium circulaire pour la diffusion d'une production audio multicanaux et multi-projection intégrant cinq projecteurs PT-DZ21K Panasonic.

Un incroyable spectacle à 170 degrés qui amenait le public à faire la connaissance de Sara. Cette petite fille vivant à Dubaï leur racontait l'histoire d'un état en pleine expansion, confronté au défi de l'alimentation en eau et en énergie de sa population croissante.   

Illusions d'optique

Les visiteurs pénétraient ensuite dans un second auditorium où une gigantesque installation projetait des illusions d'optique et mettait en scène la silhouette 3D de Sara, qui poursuivait son histoire en combinant la vidéo et de vrais accessoires. Elle soulevait par exemple un couvercle virtuel d'une vraie casserole, laissant échapper une projection de fumée plus vraie que nature.

« Nous avons utilisé 10 projecteurs qui projettent directement l'image sur un écran blanc placé sur le sol. En réalité, le public avait sous les yeux un écran Musion à 45 degrés qui s'apparente à un demi-miroir. Ainsi, l'image au sol semblait flotter dans les airs, et tout ce que nous projetions derrière l'écran pouvait être vu par le public » explique avec enthousiasme Chris Dunkin de Sysco Productions.

L'installation s'étendait sur 23 mètres de long, 4 mètres de haut et utilisait 17 projecteurs Panasonic PT-DZ21K au total. 

« L'intensité des images est époustouflante. Sans cette luminosité caractéristique des projecteurs Panasonic, nous n'aurions pas pu obtenir une image aussi réaliste. La silhouette 3D de Sara aurait été fantomatique et évidemment, ce n'était pas l'effet recherché. » 

Parler d'avenir

Dans la seconde partie, les visiteurs passaient du rôle d'observateurs à celui d'acteurs. Filmés par le personnel de l'installation grâce à une application sur mesure, ils s'improvisaient chanteurs de rap. Leur morceau était ensuite transmis à un serveur After Effects, puis intégré et diffusé dans le spectacle « Parler d'avenir ». Grâce aux projecteurs Panasonic PT-DZ21K 20 000 lumens, les visages des spectateurs étaient retransmis avec une clarté et un contraste impeccable des deux côtés de l'espace d'exposition, pour une expérience encore plus immersive.

Après la projection, les visiteurs continuaient leur parcours parmi des écrans interactifs et des présentations numériques, notamment une exposition spéciale en l'honneur de Dubaï, qui accueillera l'exposition universelle en 2016.

L'installation incluait 11 projecteurs, dont cinq équipés d'un objectif à focale ultra-courte, pour intégrer les contenus visuels dans un immense écran circulaire. Des socles concentriques, soulevés du sol par pression hydraulique, rendaient la cartographie numérique encore plus impressionnante.  

Mark Burgin, présidente de Sysco Productions, est enthousiaste : « Nous sommes ravis du résultat et des réactions des visiteurs. L'objectif était de faire du pavillon le sujet de toutes les conversations pendant l'exposition universelle, et je pense que nous y sommes parvenus. »

Tenir des délais serrés

Le retard accumulé dans la construction du pavillon a entraîné une réduction drastique des délais d'installation. Sysco a travaillé d'arrache-pied pour permettre au projet d'être terminé en temps et en heure.

« Nous avons vraiment apprécié de travailler avec des projecteurs Panasonic. Au moment où nous les avons installés, le bâtiment était en pleine construction, il y avait des infiltrations dans le toit, l'environnement était très poussiéreux... et pourtant nous n'avons pas eu le moindre problème. Le système à quatre lampes nous a permis d'obtenir une projection sans défaut en toutes circonstances ; c'était un atout essentiel lorsque nous ne disposions que de quelques minutes entre chaque séquence » ajoute Mark Burgin.